PIQUET (Extrait)



Devant les locaux du Chronopost d’Alfortville, les tentes se succèdent par dizaines. Cette semaine, Christian, du syndicat Solidaires, est venu avec du matériel pour aider à fixer les bâches qui protègent les tentes.
Le temps est long, il commence à faire froid. Le thé réchauffe le campement matin, midi et soir, ils s’enchaînent comme véritable rituel, entre les prières, les repas apportés par des associations, et les moments de manifestations.

C’est le quatrième mois de protestation pour les travailleurs sans-papiers de Chronopost. Depuis le 11 juin 2019, ces vingt-sept maliens, sénégalais et guinéens demandent la régularisation de leur situation (elle sera obtenue pour l’intégralité des demandeurs mi janvier 2020). Ils sont plus de 160 à dormir sous les tentes chaque jour, travailleurs sans papiers d’autres entreprises et soutiens. Ces travailleurs sont employés sous alias par Derichebourg, une agence d’interim sous-traitant pour Chronopost. L’alias est un prête papier, qui reçoit les fiches de paies à son nom et n’hésite pas à prendre une commission. De la maison mère Chronopost à La Poste jusqu’à Derichebourg, tous réfutent leur existence. L’intervention du préfet est leur dernier recours.

Sissoko B., originaire de République Centrafricaine, fait ses ablutions. La prière a
une place importante dans le rythme du camp.

info
×

Devant l’entrepôt de Chronopost situé à Alfortville
(Val-De-Marne). C’est une filiale détenue à 100% par La Poste, qui est une entreprise publique. Les travailleurs réclament ainsi au Préfet de prendre la responsabilité des
régularisations.

info
×

Le camp est divisé en différentes parties, qui se composent chacune d’un espace aménagé comme «salon». Les travailleurs s’y retrouvent pour boire, le thé, pour manger. Ils disposent de mobiliers récupérés dans la rue, apportés par les syndicats (Solidaires,
Sud-PTT, CGT,...) ou par des habitants des environs, qui leur apportent également
de quoi manger.

info
×

Sissoko S., 30 ans Malien d’origine. Il travaillait chez Chronopost depuis 18 mois. Sur le piquet, il a été nommé délégué des travailleurs sans papiers.

info
×

Les travailleurs sont en route pour la manifestation du jour, devant La Poste de Créteil, jusqu’à la Préfecture, pour réclamer leur régularisation. Une heure de transports en commun

info
×
Using Format